Accueil > Développement, Evènements, Fier d'être développeur > L’avenir du développeur en France

L’avenir du développeur en France

Fier d'être développeurDonc, j’ai été, aujourd’hui, à l’événement organisé par l’association « Fier d’être développeur ».
Impressions et retours de différents points forts de cet après-midi.

L’Epita… La dernière fois que j’y ai été (pour postuler), c’était il y a une bonne dizaine d’années.
Ça m’a parut pareil que dans mon souvenir. Ce n’était pas dans le corps du bâtiment (rue Voltaire), mais dans les petites salles derrière (rue Pasteur).
L’accueil est chaleureux, avec une petite bière (pas très forte, quand même, mais fraîche ^^).

 

Table Ronde

 

Après installation dans l’amphi, la table ronde commence par une présentation des intervenants.
Tout d’abord, l’animateur : Jean Rognetta.
Ensuite, Nicolas Sadirac, Emmanuel Carli (Epitech), Jean-Baptiste Kempf (développeur pour VLC, du projet VideoLAN) et last but not least Patrick Smacchia (LE Monsieur NDpend car oui, il est seul dessus et ça, ça force le respect).

Au cours de la table ronde, il y a plus ou moins eu consensus autour du fait que le métier de développeur n’était pas très bien considéré en France.
Plusieurs facteurs entrent en ligne donc compte, mais c’est avant tout un problème culturel.
Comme par exemple que le développeur est un technicien, donc forcément en bas de l’échelle. Que le développeur n’est pas impliqué dans le processus de création (développeur = TMA)…
Mais ce qui me pose le plus de problème : que passé un certain âge, il ne faut plus être développeur car comme si on a pas la Rolex, si on reste développeur, c’est qu’on a raté sa vie.
Alors autant la Rolex je m’en moque (question de goût, sans doute, pas envie d’avoir mon poignet lesté), autant j’aime être développeur et je compte bien le rester.
Après tout, on a un proverbe en France : « C’est en forgeant qu’on devient forgeron », donc l’expérience est importante.
Accessoirement, ça fait aussi 10 ans que j’entends qu’il faut pas faire développeur car dans 2 à 5 ans, ils seront tous en Chine, Inde ou Maroc.

Du coup, il faut agir sur les mentalités. C’est un combat de fond qui peut avoir plusieurs volets, comme par exemple réaliser un travail dans l’éducatif : former les enfants (5-10 ans) au numérique et leur prouver l’aspect ludique du numérique et plus tard (15 ans +), prouver que le développement peut être un choix de carrière.
Ces deux aspects, l’Education Nationale le rate à peut près autant que la distance Chine-France…

Mais il faut aussi prouver que le développement (et à mon sens l’informatique en général) n’est pas un domaine strictement masculin.
Féminiser le développement ne peut être que bénéfique. Nous avons déjà une mixité socio-culturelle, il nous reste la mixité de genre.
Et en cadeau, les T-Shirt « Fier d’être développeur » peuvent être féminisés (« Fière d’être développeur », c’est possible « Fière d’être développeuse » ? ^^).

Un autre point, aussi, qui différencie bien les cultures américaines de françaises : l’échec.
En Amérique, quelqu’un qui se plante, c’est quelqu’un qui ne refera pas la même erreur et qui peut en tirer des bénéfices.
En France, c’est un raté, un moins que rien qui ne fera rien de bien dans sa vie (et c’est pas forcément exagéré).
Ça en dit long sur notre bêtise culturelle…et du coup, ça peut paralyser toute envie d’entreprendre…
Et ça plus le fait que c’est assez courant de voir l’association « patrons = voyous » (ou salauds)

Bref, beaucoup de travail à faire pour une association naissante…

 

Coding4Fun

 

Ici, quatre mini-séances de 15 minutes.

La première est présentée par Aline Paponaud autour de Scratch.
Elle utilise ce langage avec des enfants (5-10 ans) qui peuvent prendre leurs premiers contacts avec la programmations de façon simple.
Présentation assez drôle et surtout intéressante pour ce que le langage peut apporter dans la démarche de l’association.

Vient ensuite une présentation de l’AR Drone de l’entreprise Française Parrot SA. Nous avons eu droit à une présentation (slides) de l’engin (qui à l’air bien marrant) et une petite démo de vol pilotée par un contrôleur de console (XBOX 360, je dirais ^^) grâce à un programme maison. Car l’AR Drone possède un SDK (accessible en bas de la page de l’engin) qu’il est possible d’utiliser.

Est venue ensuite une présentation de Unity, le moteur de jeu 3D. Il vient lui aussi avec un SDK et surtout un logiciel dédié (compatible iOS, Android, Windows Store, Windows Phone, BlackBerry, PC de bureau et navigateur Web). Ici, la séance s’est articulée autour du développement d’un « jeu » : il faut faire rouler une bille sur une plate-forme. Le logiciel a l’air vraiment puissant et en quelques minutes, il est possible d’avoir un petit jeu. C’est assez impressionnant.

Enfin, la création d’une calculatrice pour Windows Phone. Mais attention : sans utiliser les opérateurs, sans le System.Math… en utilisant les composants graphiques de WPF uniquement.
Pour chaque chiffre entré (exemple : 40*100/2), des composants sont créés à la volée pour réaliser des calculs (exemple pour la multiplication : création d’une TextBox de 10px de large pour que chacune des 100 étoiles entrée fasse 40 en hauteur et soit sur une seule ligne). C’est totalement du vice, mais c’est au final assez drôle et prouve bien que l’on peut arriver à un résultat en passant par des chemins très variés.

 

Point sur l’Association

 

Déjà, il a bien été répété que c’est une association d’individus, donc ce sont les individus qui pourront la faire vivre et lui permettre d’atteindre son but.
But qui est le problème de la valorisation du métier de développeur.

Ainsi, il faut bien expliquer le métier, que ce soit aux enfants (avant qu’ils fassent leurs études) pour apporter du sang neuf, mais aussi à tous ceux qui font travailler les développeurs pour leur expliquer que le développeur n’est pas qu’un simple exécutant sans réflexion qui est interchangeable.
Le métier a donc une dimension technique, mais aussi créative. Le développeur peut créer de la valeur sur des domaines qui ne sont pas exploités (Bill Gates avec Microsoft ou plus récemment Mark Zuckerberg avec Facebook, on peut aussi citer Twitter, Dropbox…).
C’est un phénomène qui marche (bien) aux Etats-Unis, mais en France, ça donne l’impression que l’on refuse totalement cette possibilité aux développeurs.
Comme dit plus haut, aussi, l’expérience à de la valeur, mais elle doit aussi être reconnue. Un développeur de 50 ans peut être très compétents et pas un raté. Ce n’est pas la peine de vouloir devenir « Expert Technique » ou « Architecte » ou autre poste qui fait un peu mieux sur le CV…

Il faut aussi sortir des clivages de technologies et consorts.
Un développeur, c’est un développeur. Qu’il soit .Net, Java, qu’il fasse du propriétaire, privateur ou open-source (la frontière est très souvent bien plus ténue que ça).

Pour ce qui est de l’association en elle_même.
Il y a maintenant un Forum privé (accessibles aux adhérents après validation).
Le but est aussi de former un réseau, de publier du contenu (sur le site de l’association, mais aussi sur les revues/magasines pour gagner en visibilité) et gagner des partenaires.
Mais il a été clairement dit que les partenariats étaient pour promouvoir le métier de développeur, pas dans une démarche commerciale des « partenaires ».

Ainsi, il y a déjà 10 Parrains entreprises, 256 adhérents (à la date d’hier, la grande classe ^^).
Certaines communautés (java et open source) se placent pour le moment en tant qu’observateurs, plus ou moins de même pour certains partenaires institutionnels (MUNCI, SYNTEC ou AFDEL; en espérant qu’aucun ne tirera à lui la couverture…) ou même d’autres écoles que Epita (si elles veulent bien ranger les rivalités stupides).

Sur le reste à faire, cela tourne autour de la structuration, de l’industrialisation de certains processus (il y a déjà eu une certaine répartition de rôles), d’obtenir des relais en régions (et oui, il n’y a pas que Paris en France…), de faire des démarches auprès d’écoles, peut être un livre blanc de développeur ?

 

Conclusion

 

Ce fut donc une journée très intéressante et assez motivante pour la suite.
A voir comment tout va se goupiller et en espérant que les adhérents suivent le mouvement initié.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 02/10/2013 à 20:05
  2. 02/01/2014 à 10:01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :