Accueil > MMIT > [MMIT] De la formation des développeurs

[MMIT] De la formation des développeurs

Se démarquer des autres
Ce billet fait partie d’une réflexion de ma part, sur ce qu’est le métier de développeur pour un client final (toujours en SSII, donc), ici, appliqué à la formation.
Il est possible d’accéder aux autres billets du même style ici : MMIT.

La formation des développeurs est, à mon sens, une chose très importante.
Mais de quelle formation parle-t-on ?
Pourquoi former un développeur et pourquoi le développeur doit se former ?
Voici quelques pistes de réponses (si vous en avez d’autres, je suis preneur, comme toujours).

 

Formation technique

 
La formation la plus évidente est la formation technique.
C’est normal, un développeur doit fournir du code de qualité (s’il en a les moyens, mais on va partir du postulat, ici, que c’est le cas).
Normalement, un développeur doit aimer coder (si ce n’est pas le cas, autant changer de métier, ça sera mieux pour tout le monde).
Donc, il y a de très fortes chances qu’il fasse de lui-même de la veille technologique (là encore, si ce n’est pas le cas, autant changer de métier).

Un développeur qui fait de la veille aura plus de facilité à trouver l’information dont il a besoin (de par le fait d’avoir construit sa veille, qu’il pousse sa curiosité, etc.), il pourra apporter des solutions et donc être pro-actif (concept cher à la hiérarchie qu’elle n’applique pas forcément…).
Ainsi, un développeur qui se forme est un bienfait : à la SSII parce qu’il se vendra plus cher; au client car il sera plus productif/pro-actif/force de propositions et enfin et surtout à lui-même car il aura plus d’outils à disposition.

Mais, est-ce suffisant ?
Non.

La vieille technologique, c’est bien, il faut en faire, c’est réellement super important pour se tenir au courant de ce qu’il se passe, ce que font les autres et éventuellement trouver des résolutions à des problèmes que l’on aura plus tard (et ça, c’est priceless).
Mais la veille technique ne peut pas non plus pallier à tout. D’abord car la veille technique, ce n’est pas de la R&D, on n’obtient pas les mêmes résultants en regardant ce qui est fait qu’en expérimentant ce qu’il est possible de faire.
La veille ne suffit donc pas à former un développeur.

De plus, la veille se fait-elle uniquement sur les heures de libres ?
Non.

Déjà, il faut bien voir que développer, c’est bien. Aimer développer, c’est mieux. Mais il faut aussi penser à s’aérer l’esprit de temps à autre (prendre du recul, sortir, etc.).
C’est bon pour l’équilibre moral !
Donc, non, il ne faut pas penser que la veille technologique se fait uniquement sur le temps libre.

Puisque la formation technique d’un développeur profite à tous, pourquoi doit-elle être uniquement supportée par le développeur ?
La SSII doit jouer son rôle d’accompagnement, dans l’univers .Net, je pense aux certifications Microsoft (achat des livres/supports, aide à la préparation, achat des tickets pour passer les certifications), mais pas seulement. Il peut aussi être utile d’avoir de petites séances formelles entre développeurs pour discuter, échanger, etc.
Le client en fournissant les outils, dans un premier lieu (en général, c’est déjà fait) mais aussi en dégageant du temps pour le développeur : en aérant un peu les plannings (un gars chargé à 100% ne sera pas productif à 100%, c’est utopique, alors à 120, 150% c’est réellement stupide d’y croire), le développeur pourra faire un peu de veille, faire des expérimentations ou parfois, plus simplement, n’aura pas la tête dans le guidon et pourra faire…du meilleur travail.
Le développeur en continuant sa veille, en l’adaptant aux besoins de son client courant, en travaillant les certifications, etc.

 

Formation fonctionnelle

 
La formation technique ne suffit pas.
En effet, le développeur reçoit souvent un document en entrée et doit produire une application comme l’imagine ceux qui l’ont produit (que ce soit le client, un MOA, une AMOA ou autre).
Le truc, c’est que :

      Le développeur n’est pas médium : donc, pas marqué, pas fait, même si c’est dans la tête de tous les autres
      Le développeur n’est pas un gars du métier : donc, pas compris, pas fait
      Le développeur n’a pas forcément d’interlocuteur (genre AMOA au forfait) : donc, sans interlocuteur, le développeur doit faire comme il le sent (et en général, c’est pas ça)

En partant de ces simples constats, il faut se rendre à l’évidence.
Comme le développeur est, en dernier ressort, celui qui fait, il faut qu’il comprenne ce qu’il fait.
Donc, s’il ne comprends pas, on en vient à cette situation :
 
I Have No Idea What I'm Doing

Pour enfoncer le clou, est-ce que vous feriez confiance à un gars qui pose votre tableau électrique s’il ne comprend pas ce qu’il fait, mais qu’il suit un document explicatif ?
Si oui, y a un sérieux problème.
Si non, c’est cohérent. Les risques sont beaucoup trop important. Et pourtant, c’est ce qui est fait trop souvent, en entreprise.

Et donc, là aussi, la formation est importante. Une formation fonctionnelle.
Le développeur n’a pas besoin d’avoir une formation métier en bonne et due forme, mais à minima d’acquérir le vocabulaire et les notions de base.
En donnant un document en français à un gars qui lit que le chinois, faut pas s’étonner que le résultat ne corresponde pas.

Former un développeur permettra qu’il puisse :

  • comprendre ce qu’il fait
  • remonter des incohérences dans les spécifications
  • d’être réellement force de proposition (tant au niveau fonctionnel qu’ergonomique)

Et accessoirement, un développeur qui est formé est un développeur qui aura plus tendance à s’impliquer, à vouloir faire bien (voir mieux).
C’est donc un autre bénéfice pour l’entreprise (et pour la SSII, car des développeurs ayant des formations métiers se vendent mieux).

Alors, pourquoi s’en priver ???

 

Conclusion

 
La formation, pour un développeur, c’est primordial.
La valeur ajouté est partagée pour tous les intervenants.
Cela permet de tirer le développeur vers le haut, donc il va fournir un travail de meilleure qualité, le client aura des applications qui sont mieux faites et/ou qui correspondent mieux à son besoin et la SSII pourra se faire plus de pognon.

Que du bonheur, donc, non ?

Et bien non.
Reste à voir le coût de la formation.

Si la formation est portée par le client, qu’est ce qui prouve que le développeur va rester suffisamment pour rentabiliser l’investissement ?
En général, les contrats sont de 2 à 3 ans (même s’ils sont renouvelables), mais peuvent être aussi beaucoup plus courts.

Si la formation est portée par la SSII, qu’est ce qui prouve que le développeur va rester suffisamment pour rentabiliser l’investissement ?
Après tout, pour un développeur, le meilleur moyen d’être augmenté est souvent de changer de SSII.

Le Droit Individuel à la Formation ?
Heu…moui…pas convaincu…

Et donc, quoi ?
Là, je n’ai pas de réponse, c’est pour ça que je poste ce billet, d’ailleurs (si vous avez des pistes…).

J’ai déjà bénéficié d’une formation par ma SSII.
Mais, j’avoue, je l’ai quitté moins d’un an plus tard.
Est-ce qu’elle m’a réellement servie ?
C’était une formation finance de marché, mais malheureusement non applicable à la mission dans laquelle j’étais.
Elle m’a surtout été bénéfique d’un point de vue culture générale (étant donné que je n’ai plus réellement envie de retravailler dans le milieu…).

Chez le client, j’ai également bénéficié de formations légères (entendre présentation par des (A)MOA de l’existant).
Ont-elles été bénéfiques ?
Non, pour la plupart. Elles n’étaient pas ciblées ou j’ai récupéré la formation parce que celui qui devait y aller à l’origine était trop chargé…

Résultat, je ne pense pas que le coût d’une formation soit trop élevée.
Il arrive trop souvent que la formation ne corresponde pas aux besoins.
Comme pour beaucoup d’autres points, en entreprise, il faudrait un peu rationaliser la chose et réfléchir un peu avant de gaspiller de l’argent (puis essayer d’en gratter sur les fournitures de bureau…).

 
 
Sinon, un petit quelque chose à lire et méditer, autant le billet que les commentaires : Les 20.000 postes ouverts dans le secteur de l’informatique sont-ils réels ?.

Catégories :MMIT
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :